#liste_articles {display:block}
designbyinook

|

Technologies

|

Téléphonie IP

|

Différents scénarios de déploiement téléphonie sur IP (ToIP) dans les collectivités municipales

 

Différents scénarios de déploiement téléphonie sur IP (ToIP) dans les collectivités municipales

Cet article recense les configurations les plus caractéristiques d’une collectivité, pour toute adaptation une étude technique sera nécessaire.

1. Enjeux économiques

Réduction des coûts

- Abonnement Opérateur : il est possible de mutualiser les abonnements France Télécom en n’en gardant qu’un par entité au lieu de plusieurs (par exemple garder l’abonnement de la mairie et supprimer celui de l’annexe).
- Communication : Les communications entre les différents sites connectés ne sont plus facturés. (Les communications téléphoniques inter sites seront acheminées par le réseau informatique existant : Type ADSL / SDSL ou Câble UPC)
- Installation : Les Téléphones IP sont connectés directement sur le réseau informatique local existant dans les collectivités. Les ordinateurs sont connectés sur le téléphone IP. Ainsi aucune prise informatique supplémentaire n’est nécessaire. Un seul réseau subsiste au lieu de deux.
- Maintenance : Les coûts de maintenance sont moins élevés et peuvent être regroupés avec les coûts de maintenance du réseau informatique.
- Modification : les interfaces propriétaires des PABX sont remplacés par des interfaces Web standards. (l’ajout, le déplacement, la modification d’un poste téléphonique peut être réalisé sans l’intervention d’une société extérieure).
- Evolution : un réseau de type donnée est par nature plus évolutif qu’un réseau téléphonique classique. (sécurisation possible)
- Haute disponibilité : la mise en place d’équipements en cluster assurent une disponibilité 7 jours sur 7, 24/24.
- gestion simplifiée des déménagements : les Téléphones IP peuvent être déplacés sans modification, le numéro de téléphone reste affecté au téléphone quelque soit la position géographique du poste IP
- Ajouts de services

Nouveaux Services

- Mobilité : grâce à des téléphones Wifi de type Cisco 7920, le réseau sans fil peut être utilisé pour véhiculer la voix. On peut également utiliser un téléphone virtuel (logiciel Softphone) qui s’installe sur un PC. Le PC peut être ensuite connecté au réseau sans-fil. Mutualisation des bornes Wifi, les téléphones sans fil classiques (DECT) deviennent inutiles
- Messagerie Unifiée : la possibilité de recevoir par exemple ses messages vocaux, ses faxes dans son système de messagerie.
- Centre d’appel
- Télétravail

Gamme de téléphone IP :

La gamme des terminaux IP est très étendue . On trouvera des téléphones IP avec écran large couleur ou monochrome, et jusqu’à 6 touches de lignes ou numérotation rapide. Des modules d’extension permettent de rajouter jusqu’à 28 touches de ligne ou numérotation rapide.

Des modèles de moyenne gamme incluent un écran de 2 lignes. Ces téléphones permettent de gérés 2 appels simultanément.

Pour le bas de gamme, un poste IP sans écran permet de disposer d’un poste à bas prix toujours connecté sur IP.

Un téléphone Wifi qui fonctionne sous la norme 802.11b intègre un écran à cristaux liquides. Il ressemble fortement à un GSM.

Une station de conférence à poser au milieu du table permet de prendre en compte les voix dans toutes les directions (multidirectionnelle à 360°).

Le softphone qui émule un téléphone haut de gamme virtuel sur un PC.

2. Déploiements possibles

Cas n°1 : Cas d’un site disposant de moins de 100 postes et désirant migrer toute sa téléphonie en IP, il ne subsiste pas de poste classique.

Le routeur Cisco 2600 dispose de fonctionnalités de passerelle voix (d’où le petit sigle V sur le dessin), pour que les appels hors du site puissent passer par le réseau téléphonique (RTC), il dispose aussi de fonctionnalités de Call Manager Express permettant de gérer en autonome jusqu’à 48 postes. Le 2600 peut être remplacé par le Cisco 1760 jusqu’à 24 postes et le Cisco 3700 jusqu’à environ 100 postes. Cet équipement remplace l’ancien PABX.
La liaison téléphonique entre le site annexe et le RTC peut être conservée comme connexion de secours en cas de problème sur le réseau câblé mais ce n’est pas une obligation.
Sinon, l’abonnement entre le site annexe et l’opérateur téléphonique n’est plus nécessaire.
Dans ce cas, le routeur du site annexe est un routeur classique et non pas une passerelle voix.

Le Call Manager Express présent sur le Cisco 2600 peut remplacer un Call Manager pour certaines architectures ne dépassant pas 100 postes. Certaines fonctionnalités sont cependant assuré uniquement sur le Call Manager, comme la sécurisation pour les sites distants ou la mise en cluster pour assurer une haute disponibilité.

La liaison entre la passerelle voix et le réseau téléphonique peut être réalisée par une liaison RNIS de type E1 (30B+D) ou S0(2B+D). La liaison entre l’ancien PABX et l’opérateur téléphonique peut convenir si la mairie annexe n’a pas besoin de beaucoup de ressource téléphonique.

Le réseau câblé doit pouvoir supporter la qualité de service (QoS) nécessaire au transport de la voix en temps réel.
Il est possible de brancher un PC sur la plupart des téléphones IP afin d’éviter le doublement des prises nécessaires à l’infrastructure réseau

Cas n°2 : Cas d’un site disposant de plus de 100 postes et désirant migrer toute sa téléphonie en IP, il ne subsiste pas de poste classique.

Si le nombre de poste est supérieur à 100, un Call Manager doit être rajouté à l’architecture par exemple un Cisco MCS 7800.

Il s’agit d’un serveur sous Windows 2000 souvent mis en cluster pour assurer une haute disponibilité. Dans ce cas l’équipement Cisco 2600 se contente du rôle de passerelle voix.

On peut également utiliser une passerelle voix coté mairie annexe afin de sécuriser en cas de défaillance du réseau câblé. Ainsi la passerelle annexe permettra aux téléphones IP de pouvoir s’appeler entre eux et - si la mairie possède un accès opérateur de secours (type S0) - de pouvoir appeler des personnes à l’extérieur de la mairie annexe.

Cas n°3 : Des éléments analogiques subsistent

Les boîtiers de type Cisco ATA 180 permettent de connecter 2 équipements téléphoniques classiques (téléphones, fax ou autre) sur une architecture VoIP. Néanmoins l’architecture principale est constituée du réseau IP.
Un nombre plus important d’équipements classiques peut être connecté par l’intermédiaire de passerelles analogiques de type « Voice Gateway »

Cas n°4 : le réseau ne sert qu’a faire la connexion de 2 PABX classiques, la téléphonie reste classique, c’est ce qu’on appelle la voix sur IP (par distinction avec la Téléphonie sur IP qui correspond aux cas précédents).

Cette architecture n’offre aucune nouvelle fonctionnalité et se borne à la réduction des coûts. La liaison entre le PABX et le Cisco 2600 peut être réalisée par des interfaces de type E1 ou FXO suivant le nombre de canaux que l’on souhaite faire passer sur la liaison entre les 2 sites.
Elle sera fortement dépendante du type de PABX utilisé, voir le portail d’interopérabilité de Cisco pour plus de détails (URL donnée en annexe)
La norme QSIG sera généralement utilisée pour la signalisation des appels.

Cas n°5 : une partie téléphonie classique importante est gardée, seuls quelques services ou de nouvelles installations sont migrés. Le PABX existant peut dans certains cas être conservé - voir le portail d’interopérabilité de Cisco pour plus de détails (URL donnée en annexe)

Cette architecture est souvent utilisée pour réaliser une migration progressive entre le système de téléphonie existant et le système de téléphonie sur IP : migration dans un 1er temps de la connexion entre les PABX, puis du site central, puis des annexes, puis rajout d’application comme la Messagerie Unifiée.

Annexe : Liens

Le portail d’interoperabilité CISCO

http://www.cisco.com/application/pdf/en/us/guest/netsol/ns326/c643/ccmigration_09186a00800a1133.pdf

http://www.cisco.com/en/US/netsol/ns340/ns394/ns165/ns326/networking_solutions_package.html

mardi 15 juin 2004 par jrepetti