#liste_articles {display:block}
designbyinook

|

Musées

|

Mobiles et réalité augmentée

|

Le Musée des Confluences dévoile ses métiers

 

Le Musée des Confluences dévoile ses métiers

Pour la première fois, un musée vous prête un Ipad pour jouer avec son exposition !

Jouez en ligne au jeu des métiers : http://www.museedesconfluences.fr !

Et découvrez le processus de création du dispositif : Jeu tablettes RFID - Exposition "Réserves"

Le 16 décembre 2010, le Musée des Confluences inaugure une exposition temporaire "le Musée des Confluences dévoile ses réserves" au Musée Gallo Romain de Fourvière à Lyon (l’exposition dure jusqu’au 8 mai 2011).
A cette occasion, Erasme propose en partenariat avec les équipes de médiation un parcours ludique et multimédia sur le thème de la découverte des métiers du musée.

Équipés de tablettes (Ipad) et de badges RFID, le public découvrira les objets de l’exposition en compagnie d’un journaliste visiblement en demande d’aide.

Ce dispositif expérimental utilise pour la première fois dans une exposition des Ipads qui interagissent, grâce aux badges RFID, avec des objets réels. Il est conçu pour une utilisation collaborative en famille. Les Ipad sont utilisés pour leurs capacités multimédia, consultables à plusieurs, et tactiles (chaque objet à trouver est accompagné d’un mini-jeu interactif). Les badges RFID invitent à sortir de l’écran, à explorer l’espace physique et à se tourner vers les objets exposés.

Ce projet résulte de la collaboration des équipes du Musée des Confluences (Médiation, exposition, collection et équipe technique) et de celle d’Erasme (développement et intégration numérique). Avec le concours de Fréquence Ecole pour la réalisation vidéo et de Iseeds pour la conception graphique.

Des images de l’ouverture à la presse et au public sur flickr.

Les détails de la réalisation technique seront publiés ultérieurement sur le site d’Erasme.

Cette exposition verra aussi la première utilisation publique de Muséotouch.

mercredi 15 décembre 2010 par Christophe Monnet, Yves-Armel Martin