#liste_articles {display:block}
designbyinook

|

Musées

|

Etudes de cas

|

Le numérique au Sciences Museum de Londre

 

Le numérique au Sciences Museum de Londre

Le london Sciences Museum pourrait être défini comme une cité des sciences (pour sa taille et son ambition) avec les collections d’objets techniques du musée des arts et métiers. L’espace est immense et les collections impressionnantes.

D’une manière générale l’usage des technologies est assez classique d’un musée de sciences. Beaucoup d’objets techniques, des manipulations déclenchées en général par des boutons poussoirs, et toujours des hordes hurlantes de gamins qui les massacrent systématiquement en cliquant frénétiquement, sans jamais rien intégrer du propos qui leur est présenté. Des attracations sous formes de simulateurs de vol - cinéma dynamiques.

Quelques éléments sont toutefois particulièrement intéressants :

- le site web avec un deuxième site de valorisation des collections Ingenious, qui est présent dans le musée sur sa propre marque "Ingenious" et offre au visiteur comme à l’internaute un accès complet aux collections et des activités de discussion et de création.

- les bornes d’orientation : très bien disséminées dans le musée, ce sont des bornes avec écran tactile, très rapide d’interaction, bien calibrées (or c’est souvent le problème des écrans tactiles). Elles proposent au visiteur 6 options en entrée dont visite pour enfants, pour adulte pressé (2 heures) , plan du musée (on le retrouve ici ), dernières nouveautés. Pour chacune des options, sont proposé des activités ou parties d’exposition, puis la possibilité de voir le trajet pour les rejoindre depuis la borne que l’on consulte. Le plan interactif permet de naviguer dans tout le musée et à chaque fois d’identifier comment rejoindre cet endroit.

- mini expo sur l’énergie. Une petite exposition assez récente sur la problématique de l’énergie au XXIe siècle est particulièrement intéressante.
Un petit jeu avec des capteurs au sol invite deux visiteurs à jouer à capter les sources d’énergie qui tombent à l’écran. C’est simple, et permet d’intégrer les grands type de sources d’énergie et de se défouler en jouant (façon les jeux de danse synchronisée).
Diverses oeuvres vidéo d’artistes sont présentées et un deuxième écran à proximité de chacune propose une explication (ce qui est présenté, quel rapport avec l’énergie , ce qu’il faut en retenir).
Une installation un peu gadget propose au visiteur de creuser un sol virtuel, un capteur de mouvement permet de manipuler sans contact l’interactif (il détecte un mouvement et le sol se creuse. Spontanément les visiteurs font les gestes de creuser et cela marche. En fait, il suffit d’agiter la main).
Un jeu interactif très bien pensé et présenté sur plusieurs bornes. Il nous propose d’être le nouveau ministre britanique de l’énergie. On se laisse prendre en photo, puis la 1ere ministre nous briefe. Après on doit répondre à la demande énergétique du pays en construisant des centrales atomiques, thermiques, solaires, des barrages, des champs d’éoliennes ou des usines marémotrices. Il faut tenir d’un côté la quantité d’énergie à produire, son budget (marginal) et surtout la popularité de nos décision, qui , comme on le devine, sont rarement populaire. En 7 minutes, le jeu est terminé et on comprend bien l’enjeu et la difficulté de prendre des décisions publiques dans ce domaine.

- Toujours dans cette mini expo énergie, un dipositif interactif propose au visiteur d’émettre un avis sur une thématique. Une interface à la Traffik affiche un nuage de mot clef qui défile. On peut zoomer dedans puis en choisir un. Une question nous est posée. On est invité à taper notre avis sur la question et le signer. Puis on voit notre message partir, et être publié sur un immense anneau numérique de 15 mètres de diamètre (avec des diodes à l’intérieur) . Le message circule le long de l’anneau comme sur un Dazibao électronique.
Très élégant et participatif. On aimerait les voir apparaitre sur le site du musée (ou le twitter du musée).

lundi 2 avril 2007 par Yves-Armel Martin