#liste_articles {display:block}
designbyinook

|

UrbanLab

|

TrioMix

|

DéNI box & space

 

DéNI box & space

Descriptif
Création d’un point de proximité en pied d’immeuble de dépôt d’objets non utilisés via un mobilier dédié, en association avec une recyclerie créative ayant pour vocation la création et/ou réparation et la vente d’objets à partir de leur collecte.

PROBLÉMATIQUE

Comment offrir un lieu simple, accessible, et un service de collecte et de revalorisation de proximité à ces DENI, tout en étant complémentaire à des dispositifs existants ?

Indicateurs
- Quantités d’OMR et DIB collectées
- Nombre de meubles DENI BOX & SPACE installés
- Nombre d’emplois créés dans les associations / ESS
- Taux de collecte des REP
- Poids des objets collectés annuellement
- Gain d’espace chez les usagers
- Amélioration du cadre de vie des usagers (à mesurer via enquête de perception)
- Nombre de personnes sensibilisées au tri et à l’économie circulaire

Bénéficiaires
- Habitants d’immeubles (de la métropole de Lyon)
- Bailleurs / copropriétés
- Acteurs associatifs
- Entreprises relevant de l’ESS

Parcours utilisateur


Marie, 35 ans, résidente dans un habitat collectif de 100 logements, a pour habitude de jeter ses piles dans sa poubelle d’ordures ménagères résiduelles et de conserver ses vieilles clés pareillées, au cas où, dans une corbeille vide-poche à l’entrée de son domicile.
Désormais, lorsqu’elle descend en bas de son immeuble, dans le hall, elle peut déposer ses piles et ses vieilles clés via la “DENI BOX & SPACE”, mobilier installé par la co-propriété avec l’aide de la collectivité. De nombreux autres objets peuvent y être déposés ! Leur dépôt est guidé par la signalétique placée sur le mobilier.

Jacques, employé de l’entreprise TRIOLIDAIRE (structure de l’économie Sociale et Solidaire située à quelques minutes de l’immeuble), vient collecter tous les 15 jours la “DENI BOX & SPACE”. Les objets ainsi récupérés sont acheminés vers le local de la structure, une recyclerie créative. Au sein de cet espace offrant une nouvelle vie aux objets, ces derniers sont réceptionnés, triés, réparés, remis en état grâce aux employés en insertion. Un espace de revente est aussi présent dans la recyclerie permettant d’offrir aux habitants du territoire de nouveaux produits.

Quelques mois plus tard, Marie et plusieurs familles de l’immeuble ont été conviés par Jacques à une visite du site de re-valorisation, lieu de pédagogie et de sensibilisation pour le grand public sur la promotion de la seconde vie des produits. Tout le monde a pu bénéficier à l’occasion d’une immersion dans le cadre d’un atelier de réparation, et fait part de l’existence de cette structure.

Comment ça marche ?

La “DENI BOX & SPACE” est avant tout un mobilier réalisé à partir de matières de seconde main (bois) composé de plusieurs compartiments. Il matérialise un espace ayant une double vocation :
le don et le partage d’objets entre voisins => “boucle locale”
la collecte et la valorisation d’objets similaires ou différents (plusieurs sous-compartiments) => “boucle externe”

L’outil est modulable selon la configuration du site, et peut donc être à une solution proposée à l’ensemble des acteurs du logements (bailleurs, syndics de copropriété, régies) de préférence situés en habitat urbain dense. Son accessibilité doit être assurée pour tout un chacun (hauteur prévu de 80 cm).

Un catalogue référençant plusieurs modèles de la “DENI BOX & SPACE” permet aux porteurs de projet et aux acteurs du logement de sélectionner leur modèle. Il est constitué par un designer sélectionné à l’issue d’un concours co-organisé entre la collectivité et les acteurs du logement.

Des structures associatives locales (ex : Emmaüs, FNDSA, Bricc, Cobois, Cléabois...) peuvent alors assurer la fabrication du mobilier sur commande. La collectivité assure elle la cohérence des mobiliers placés dans les immeubles, recense les points de “DENI BOX & SPACE” et communique activement sur les initiatives.

L’acquisition et la gestion du mobilier relève avant tout du porteur de projet, avec une assistance de la collectivité dans la phase de montage. La responsabilité relève idéalement de l’acteur du logement en charge de la gestion de l’immeuble, en lien avec les propriétaires. Un référent dans l’immeuble parmi les habitants en charge de la gestion de la DENI box est nécessaire.

Une typologie des déchets acceptés et non acceptés est identifiée :
Les déchets acceptés (non exhaustifs) : piles, ampoules, petits objets métalliques (ex : visserie, outils, pièces, porte-clé)..., livres, vaisselle, jouets, fournitures (ex : stylos, accessoires), textiles et vêtements, petits appareils électriques et électroniques (ex : téléphone portable, mixeur,...), petits objets de diverses matières (ex : lunettes, objets cassés à recoller...) .
Les déchets non autorisés : les bio-déchets, les produits dangereux et polluants, les déchets de soins et les médicaments.

Le dépôt de l’objet a été pensée dans une dimension interactive et ludique. En, effet, chaque compartiment du mobilier est attribué à une forme géométrique. Et chaque forme géométrique regroupe plusieurs catégories d’objets permettant ainsi à chaque habitant de pouvoir se repérer.

Pour ce qui relève de la collecte et la valorisation des objets (“boucle externe”), 2 scenarii sont possibles sachant que la logique de proximité doit prédominer afin de limiter les coûts notamment de transport et de logistique :
Soit l’exutoire est une entité existante sur le territoire réalisant l’ensemble des compétences (exemple : Emmaüs), elle vient dans ce cas collecter gratuitement les objets.
Soit l’exutoire n’existe pas ce qui implique la création d’une recyclerie créative, qui reçoit les objets ; le collecteur est dans ce cas un prestataire de l’ESS à sélectionner.
Dans tous les cas, le collecteur récupère les contenants remplis et les remplace par de nouveaux pour assurer une rotation.

Porteurs / Partenaires
- Acteurs du logement en lien avec les habitants
- Métropole de Lyon (assistance, aide au montage, assistance dans le choix du matériel, assure la cohérence des installations implantées sur le territoire),
- Structures relevant de l’ESS (associations, entreprise d’insertion…) assurant la collecte, la valorisation des objets
- ADEME
- Eco-organismes filières REP
- Associations de quartiers
- Acteurs du changement et de l’innovation : Ashoka, Ronalpia, Alter-incub
- Réseau des entrepreneurs
- Acteurs de l’éducation nationale et du rectorat

ÉQUIPE

- Designers interactifs :
- Suivi :
- Facilitateurs :

mardi 9 juillet 2019