#liste_articles {display:block}

Le showroom fait sa rentrée

lundi 11 janvier 2021

 

Le showroom fait sa rentrée

Cette rentrée 2021 va s’effectuer dans le contexte très particulier de la menace d’une troisième vague. Des salles de réunion aux open spaces, les lieux de travail se sont préparés pour répondre à de nouvelles exigences : distanciation physique, port du masque, distribution de gel... Mais cette rentrée est aussi l’occasion d’instituer de bonnes façons de faire qui se sont développées récemment : télétravail, nouvelles formes de collaboration [1], virtualisation des activités... Le showroom, lieu d’exposition des prototypes, se reconstruit autour de ces deux dynamiques au cours de son grand chantier 2020-2021. Pour découvrir ses évolutions, partons à la rencontre de Thomas, régisseur, Christophe directeur adjoint et Anthony coodinateur technique du lab.

Le showroom va-t’il pouvoir accueillir de nouveaux visiteurs pour la rentrée 2021 ?

Christophe : Dès le déconfinement, nous avons mis en place toutes les mesures nécessaires pour pouvoir accueillir de nouveau des personnes à l’urbanLAB et en particulier dans le showroom. Ces premières actions nous ont invités à repenser l’organisation générale du lieu pour y assurer un parcours plus fluide, avec une navigation entre différents pôles thématiques : environnement, santé/social, culture, recherche et industrie. Au vu du contexte sanitaire les visites sont limitées au strict minimum mais nous espérons pouvoir bientôt accueillir nos partenaires dans ce lieu remodelé.
Anthony : Réorganiser ainsi le showroom va aussi nous permettre de présenter de nouveaux dispositifs issus des précédents mixs. Par exemple, nous présenterons une nouvelle version du "Piano à énergie" [2] issu du BAT [3]. Ce dispositif de médiation permet de faire ressentir à l’utilisateur sa consommation énérgétique. Comment ? L’utilisateur est placé devant un mur de cuisine avec de nombreuses interactions à sa disposition : éteindre la lumière, baisser le chauffage... En fonction de ses choix, la musique de la cuisine et son ambiance lumineuse s’apaiseront (choix écologiques) ou deviendront désagréables (choix consommateurs en énergie). De nombreux dispositifs de médiation autour du mieux vivre pour les personnes agées seront exposés [4]. Mais aussi de nouveaux dispostifs du Triomix [5] feront leur apparition ; en visitant le lab, le tri des déchets n’aura plus de secrets pour nos visiteurs ! Enfin, le premier projet de DatAgora [6] a vu le jour au coeur du showroom, créant une toute nouvelle façon de comprendre de la donnée d’intérêt général.

Quelles autres évolutions a connu le lab en cette fin d’année 2020 ?

Thomas : L’objectif de ce chantier était aussi de faciliter le contrôle du lab. Ainsi une application web est en cours de développement permettant plusieurs choses :

  • suivre l’état des dispositifs en temps réel
  • allumer / éteindre les dispositifs à distance
  • contrôler les jeux de lumière

Lors des visites, le médiateur disposera d’une tablette lui permettant de faire évoluer l’état du showroom en temps réel en fonction des déplacements des visiteurs. On passe de la zone santé/social à la zone recherche ? La première s’éteint, la seconde s’allume, le showroom prend vie sous nos yeux !

Anthony : Pour les amateurs, voici une rapide description technique du projet. Une machine mère dispose des scripts bash pour allumer tous les dispositifs en Wake On LAN. De leur coté, les dispositifs ont tous un dossier spécifique contenant aussi différents scripts pour l’extinction, pour l’actualisation du statut... Une interface web en PHP permet de lancer ces différents scripts. Les lumières sont pilotées en OSC toujours depuis l’application PHP. Chaque bloc de l’application est facilement réplicable, de manière à pouvoir ajouter ou supprimer un dispositif simplement.

Quelles sont les prochaines étapes pour le showroom ?

Christophe : Les visites du showroom en présentiel sont des moments importants, immergeant les visiteurs au sein de nos réalisations. Le principal objectif est bien ici d’inspirer nos partenaires, de montrer les possibles, d’ouvrir de nouveaux horizons et finalement de faire émerger de nouvelles idées. Toutefois, les conditions sanitaires actuelles, ainsi que notre volonté de rendre le lab plus résilient et plus accessible, nous poussent à imaginer un jumeau numérique du showroom. Un espace immersif en réalité virtuelle permettrait à chacun de réaliser une visite virtuelle, depuis chez soi. Tous les dispositifs seraient présents dans cet espace, offrant un lot d’interactions pour que les visiteurs expérimentent réellement les prototypes. De plus, cela nous permettrait d’exposer l’ensemble de nos prototypes, sans limite de place, chose qui n’est pas possible dans le lab physique. Cette brique de développement n’est qu’une partie de notre projet de virtualisation de nos activités : la création du second lab [7].

Documents :

mercredi 20 janvier 2021 par Christophe Monnet, Thomas Escure, Anthony Angelot