#liste_articles {display:block}

Des projets de la Métropole de Lyon pour les étudiants ESIEA

vendredi 7 janvier 2022

 

Des projets de la Métropole de Lyon pour les étudiants ESIEA

4 porteurs de projets de la Direction de l’Innovation et des Systèmes d’Information de la Métropole de Lyon vous interpellent !

Bonjour,

Nous sommes l’équipe d’ERASME, le Laboratoire d’Innovation Ouverte de la Métropole, nous vous invitons à découvrir nos missions sur notre site.
A la demande d’Holoméa, nous avons identifié des sujets sur lesquels vous pourriez travailler.

Les voici :

Interpretable :

A la suite d’un prototype qui a permis de valider une approche de médiation médicale (pour les familles ne parlant pas français) à travers des pictogrammes “médicaux”, il s’agit de penser le passage à l’échelle du dispositif en envisageant aussi bien des solutions high tech (comme des tables connectées) que Low tech ( de simples cartes par exemple). Les enjeux de déploiement sont les suivants :

  • La diversité des terrain s : à domicile, en hôpital, en pmi …
  • La prise en main et la formation à la solution pour les soignants
  • Le coût financier et le coût écologique
  • L’aspect ergonomique, maniable et simple

A partir de la base de pictogrammes, quel serait le dispositif et quelles seraient les différentes déclinaisons possibles selon les cibles ? Comment assurer le suivi du dispositif et son impact dans le temps ?

Informations complémentaires :
Une présentation complète du dispositif : ici
La fiche du dispositif :

Numérique éducatif :

Afin de déployer dans les écoles du numérique à usage éducatif, nous cherchons une solution qui prenne en compte un contexte de moyens contraints et l’intention de ne pas encourager une "course" à l’équipement.

Pour répondre à ces contraintes, il importe d’imaginer et de concevoir un dispositif à la fois hardware (client léger, raspberry , ordinateurs recyclés, … ) et software qui permettrait d’offrir des possibilités d’équipement.

Plus précisément, quels seraient les différents scénarios possibles incluant l’aspect financier, la facilité d’usage, la mise à jour des montées de versions, les plateformes de partage et les coûts écologiques, en regard de l’impact éducatif ?

Faut-il envisager un modèle qui propose une gamme d’offre diversifiée (selon les moyens) ou au contraire qui présente une solution optimum équilibrant tous les enjeux ?

DatAgora :

Le projet DatAgora a pour objectif de valoriser les données d’intérêt général dans des dispositifs tangibles ou numérique d’aide à la prise de décision, de médiation ou encore de résolution de problèmes.
Ces données seront donc utilisées afin de résoudre des enjeux d’intérêt général.

DatAgora est bien avancé dans ses aspects technologiques et a lancé en janvier un appel à candidature auprès de toutes les directions métiers pour recueillir leurs besoins au niveau du traitement et de la visualisation de la donnée.

Le travail portera sur la question du choix des projets candidats en fonction de son utilité sociétale et environnementale.

Ainsi, le projet consiste à concevoir un grille / un outil / une méthodologie pour accompagner ce choix qui serait une sorte d’indicateur(s) d’utilité sociétale.

Les éléments à prendre en compte sont :

  • Les impacts attendus en lien avec la problématique (sociale, écologique et politique)
  • Les coûts, qu’ils soient financiers comme écologiques.
  • En quoi la data est pertinente pour la problématique traitée.

Enfin, il faudra expliquer le développement et l’utilisation opérationnelle - technologie - de cette grille.

Pour mener la réflexion sur cette grille, une veille internationale aussi bien dans le domaine public que privé est nécessaire.

Informations complémentaires :
Le site officiel du projet : ici
L’appel à manifestation d’intérêt :

Canographia :

Canographia vise à faire émerger et accompagner des projets participatifs de verdissement de la ville.
Cette plateforme met à disposition des données pour choisir les lieux d’implantation (en lien avec le projet DatAgora) et fournir des connaissances nécessaires à la bonne conduite du projet.

Parmi les défis soulevés, l’enjeu clé est d’inciter les participants à agir maintenant pour des résultats non immédiats voire très décalés dans le temps - du fait des rythmes du vivant.

Quel dispositif high-tech ou low tech de toutes sortes (ludique, visuel, métrique,IA…) pouvez-vous imaginer pour encourager les personnes à s’engager et valoriser le décalage temporel sachant que le but est, selon différentes échelles, la transmission de ces initiatives auprès des citoyens, des collectifs, des écoles etc ... ?

Quel équilibre prévoyez-vous entre les coûts écologiques de la solution et les efforts de végétalisation ?

Informations complémentaires :
La plateforme en cours de construction (ne pas diffuser le lien) : https://canographia.datagora.erasme.org/

Second Lab :

Le projet consiste à envisager l’usage d’un metavers (univers ouvert et immersif virtuel) d’innovation publique . Ce metavers serait un metavers en BtoB et s’adresserait aux professionnels qui collaborent aujourd’hui pour l’émergence de projets d’intérêt général. Bien que d’usage différent, certaines villes comme Séoul se sont d’ailleurs dotées d’un metavers.

Comment imaginer la solution d’un point de vue de l’intérêt fonctionnel tels, par exemple, le travail à domicile ou le lab d’innovation ? 
En quoi le metavers apporterait une valeur ajoutée en regard des outils actuels comme la visio ? Quelles opportunités offre-t-il ? Comment intégrer son coût économique, écologique, technologique et social ?

Inclusion et reboot :

Afin d’améliorer l’inclusion numérique auprès d’un public aujourd’hui en situation de fracture numérique, un dispositif a été prototypé avec succès. Il a consisté à demander aux agents de la métropole de donner leur ancien matériel informatique personnel qui a été reconditionné par Emmaüs connect puis revendu à des tarifs solidaires.

Aujourd’hui, la question se pose du passage de ce dispositif à une autre échelle, avec un public de donateurs plus large, incluant les entreprises.

De quelle organisation avons-nous besoin ? Comment inciter les collectifs et les individus à contribuer ? Comment organiser la collecte et le reconditionnement ? Comment valoriser le dispositif et ses impacts - économiquement, écologiquement, socialement  ? Avons-nous besoin d’un outil ? Avons-nous besoin de visualiser des données aussi bien pour inciter que pour suivre ?

Solution open-source de modélisation et d’optimisation des systèmes complexes :

En lien avec l’initiative TIGA (territoire d’innovation de grande ambition), la métropole s’intéresse à la possible modélisation des rebuts disponibles des différents acteurs industriels afin que les déchets des uns puissent servir de matières premières aux autres et ce entre des filières différentes (textile, BTP, énergie, transport, chimie, agro-alimentaire...).

Le but du projet est de concevoir une solution open-source permettant de représenter et de modéliser l’ensemble du système ainsi que son évolution dans le temps.
Cette représentation d’un système complexe sera dans un premier temps utilisé pour la gestion des rebuts mais il faudra aussi la penser pour de possibles ouvertures à d’autres usages (mobilité, énergie...).

En termes de livrables, le but est de concevoir l’architecture générale de l’outil et les principes de croissance (indiquer comment ajouter de nouveaux modules).

Quels sont les choix technologiques et sur quelle plateforme ? comment organiser le développement et notamment comment intéresser et coordonner plusieurs équipes de développement  ? Quelle stratégie de visualisation des flux , des stocks, des opportunités ? Comment capter et intégrer les différentes sources de données ? Quels indicateurs faut-il produire ? Coté usages, comment prendre en main l’outil ? Pour finir, il faudra également penser le modèle de déploiement et d’évolution.

A vous de jouer !

Documents :

par Pierre-Élie COURSAC, Christophe Monnet, Anthony Angelot, Paula Coursimault, Anne Laure Collomb